Immobilier : les performances énergétiques aux coeur des débats

S48 Censi-BouvardAlors que le marché immobilier retrouve ses habits de lumière et une place de choix dans le coeur des Français, les performances énergétiques des logements sont particulièrement scrutées et prennent une place de plus en plus importantes dans le choix des futurs locataires.

 

 

 

 

 

 

 

-À l’approche de la COP21, le gouvernement multiplie les annonces pour la protection de l’environnement. Secteur énergivore, l’habitat est particulièrement visé et les mesures pour améliorer les performances énergétiques se multiplient. Outre la loi Pinel, qui impose un minimum de performances – label BBC 2005 ou RT 2012 – pour bénéficier de ses avantages fiscaux, le prêt à taux zéro à été réformé pour toucher plus de particulier.

 

Parmi les changements, l’ouverture à l’ancien pour toutes les communes et une augmentation du plafond, de 20 à 40%, devraient permettre de financer plus de travaux en 2016 et donc de réduire la facture énergétique de nombreux ménages. La protection de l’environnement passe aussi par une baisse de la consommation d’énergie.

Interdire la vente de logements énergivores

Dans cet esprit, le ministère du Logement et de l’Égalité des territoires a mis en ligne un projet de décret permettant d’interdire la vente de logement sociaux, type HLM, trop énergivores. Dans le collimateur de Sylvia Pinel, les logements présentant un diagnostique énergétique F ou G, soit les biens les plus énergivores.

 

Le projet devrait être voté fin 2015 ou début 2016. L’idée est d’inciter les bailleurs a réaliser des travaux dans ces logements le plus rapidement possible. Si la démarche est louable et va dans le bon sens, il faut espérer que les logements privés suivent le même chemin.